The Federal Immigration Station, installé à Ellis Island en 1892, a été la porte d’entrée des Etats-Unis pour plus de 12 millions d’immigrants, principalement venus d’Europe pour fuir les discriminations ou des conditions de vie misérables.

Photographie

Située à proximité de Liberty Island et surnommée à la fois Ile de l’espoir et Ile des larmes, Ellis Island a été l’ultime obstacle au rêve américain pour nombre d’immigrants vulnérables. Arrivés par bateaux, les voyageurs de première et de seconde classe répondaient à bord à un contrôle sommaire avant de débarquer sur le sol américain alors que les passagers de troisième classe et de l’entrepont, supposés présenter davantage de risques sanitaires et sociaux, étaient acheminés à Ellis Island pour subir des contrôles approfondis.

La grande Salle des registres était alors hérissée de barrières pour guider les files de prétendants à l’immigration vers des contrôles de sécurité et une inspection médicale de trente secondes. Les personnes supposées porter un risque sanitaire recevaient une marque à la craie sur leur vêtement.

Une fois départagés, les candidats à l’immigration empruntaient l’une de ces trois portes pour être admis en Amérique, renvoyés dans leur pays d’origine ou bien mis en quarantaine et recevoir des soins sur place à l’hôpital d’Ellis Island.

Etablissement précurseur en matière de santé publique, l’Ellis Island Immigrant Hospital a employé jusqu’à 350 personnes pour le fonctionnement de ses services : un hôpital des maladies infectieuses et un hôpital général avec maternité, service de pédiatrie et unité psychiatrique.

« This building was filled with people who were desperate, other from hunger, discrimination. They didn’t leaved where they come from because life was so good for them. It wasn’t. Whatever they had here, it was better. And that’s what I feel now. I feel these people all around me, so desperate to cross this little part of water »

Témoignage de Lea SHAIN, parente d’un ancien patient détenu à l’hôpital d’Ellis Island Issu du film Forgotten Ellis Island de Lorie CONWAY

A la pointe de l’époque sur le plan technique, cet hôpital porte toujours les stigmates d’une ferme volonté d’enferment pour contenir toute menace extérieure.

Pour répondre aux conceptions hygiénistes de l’époque, des cages exposées au sud ont été édifiées aux extrémités des bâtiments afin de permettre aux détenus de respirer l’air frais.

Ironiquement, le flambeau originel de la Statue de la Liberté remplacé en 1984-86 a été abandonné ici, contemplé par une âme errante apposée là par l’artiste JR dans le cadre du projet Unframed Ellis Island.

12 millions d’immigrants sont entrés à Ellis Island,

10% ont été expulsés,

 

10% ont été internés à l'hôpital d'Ellis Island,

 

3 500 y sont décédés dont 50% d'enfants,

 

350 y sont nés,

 

99% des personnes internées à l'hôpital d'Ellis Island ont finalement été autorisées à entrer aux Etats Unis.

Comment cet épisode de l'histoire peut-il nous aider à penser les migrations d'aujourd'hui et nos difficultés à les envisager sur le long terme ?

Pour en savoir plus :